Les oméga 3, des acides gras indispensables

 

Les oméga 3 font partie des lipides indispensables à l’organisme. On en trouve dans différents aliments, sous leur forme de précurseur ou bien sous leur forme d’oméga 3 à longue chaîne. Il est important d’en consommer suffisamment car leurs bénéfices sont nombreux.

Que sont les oméga 3 ?

Les oméga 3 sont des lipides et plus précisément des acides gras polyinsaturés. Parmi eux, on trouve 2 grandes familles d’acides gras dits « essentiels » que sont les oméga 6 et les oméga 3.
Le précurseur de la famille des oméga 3, l'acide alpha-linolénique (ALA), ne peut être synthétisé par l’organisme et doit donc obligatoirement être apporté par l’alimentation.
A partir de ce composé, l'organisme synthétise d'autres acides gras oméga 3 à plus longue chaîne, notamment ceux appelés EPA et DHA. La synthèse dans l’organisme du DHA à partir de son précurseur n’étant pas suffisante, le DHA doit aussi être apporté par l’alimentation, c’est un oméga 3 indispensable.
Il est important de maintenir un équilibre acides gras oméga 6 / oméga 3 adéquat (inférieur à 5) et donc de ne pas surconsommer des oméga 6 par rapport aux oméga 3. Un déséquilibre est en effet préjudiciable à la synthèse et à la disponibilité des oméga 3 EPA et DHA, ce qui peut entraîner certaines perturbations physiologiques.

Où trouve-t-on les oméga 3 ?

On trouve des oméga 3 à la fois dans certains produits d’origine végétale et animale, mais ce ne sont pas les mêmes formes d’oméga 3.
Dans les produits végétaux terrestres tels que la noix, l’huile de colza, de soja ou encore de lin, on trouve de l’ALA, le précurseur des oméga 3.
Les formes les plus recherchées des oméga 3, l’EPA et surtout le DHA, se trouvent quant à elles naturellement dans les poissons gras comme le saumon, le thon, le maquereau, le hareng, la sardine ou encore l’anchois. Dans la population française adulte, les poissons contribuent à 58% des apports en EPA et à plus de 67% de ceux en DHA.
Pour un adulte, l’apport quotidien en acides gras oméga 3 EPA et DHA doit être de 250 mg pour chacun respectivement, or l’apport journalier moyen constaté est de 117 mg d’EPA et de 169 mg de DHA. Il existe donc une carence en acides gras oméga 3 EPA et DHA dans la population française adulte, c’est pourquoi il est important de veiller à une consommation suffisante de ces nutriments.

Quels sont les effets des oméga 3 sur la santé ?

Les acides gras oméga 3 jouent un rôle important dans de nombreuses fonctions physiologiques, ils sont par exemple nécessaires au développement et au fonctionnement de la rétine, du cerveau et du système nerveux.
D’un point de vue santé cardiovasculaire, les oméga 3 semblent aussi avoir des effets bénéfiques sur la pression artérielle, les triglycérides et certaines pathologies cardiovasculaires.
L’EPA et le DHA pourraient aussi jouer un rôle dans le fonctionnement cérébral chez le sujet adulte et au cours du vieillissement et pourraient avoir un effet positif sur le maintien de la santé mentale (dépression, démence dont maladie d’Alzheimer), bien que d’autres études doivent confirmer et préciser ces effets.
Enfin, l’EPA et le DHA sont également impliqués dans la prévention de la dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA).

Et dans les produits Kriss‑Laure ?

Les Entremets, Potages, Tonics et Smart-Repas Kriss‑Laure ont été développés pour apporter des oméga 3 selon un rapport oméga 6 / oméga 3 idéal.


Sources :
ANSES - Actualisation des apports nutritionnels conseillés pour les acides gras – 2011
ANSES - Étude individuelle nationale des consommations alimentaires 3 (INCA 3) - 2017