Nouveaux repères de consommations alimentaires du PNNS 4

 

Depuis 2001, le gouvernement renouvelle tous les 5 ans le PNNS dans une perspective de santé publique. Ce programme est construit autour d’un déterminant majeur de santé : la nutrition.

Qu’est-ce que le PNNS ?

Le PNNS est le Programme National Nutrition Santé.
Le premier a été lancé en 2001 suite au constat de l’augmentation des maladies non-transmissibles liées à l’alimentation : les maladies cardio-vasculaires, l’obésité, le diabète de type 2…
Ce programme quinquennal en est aujourd’hui à sa quatrième édition (2019-2023).
L’objectif du PNNS est d’améliorer l’état de santé de l’ensemble de la population en agissant sur l’un de ses déterminants majeurs, la nutrition.
Le PNNS est principalement connu grâce aux repères de consommations alimentaires qui sont communiqués au grand public.
L’un des repères les plus retenus est le fameux « Au moins 5 fruits et légumes par jour ».

Quelles sont les nouvelles recommandations en termes d’alimentation ?

L’objectif des repères de consommations alimentaires est d’aider la population à faire de meilleurs choix alimentaires et à adopter un mode de vie plus actif.
Dans ce quatrième PNNS, les recommandations ont été actualisées et simplifiées, elles sont désormais regroupées en trois familles : Augmenter, Aller vers et Diminuer.

Augmenter :

  • les fruits & légumes : au moins 5 par jour, par exemple 3 portions de légumes et 2 de fruits.
  • les légumes secs (lentilles, pois chiches, haricots…) : au moins 2 fois par semaine, car ces aliments sont riches en fibres.
  • les fruits à coques : une poignée de fruits à coque sans sel ajouté par jour.
  • l’activité physique : au moins 30 minutes d’activités physiques dynamiques par jour.
  • le fait-maison.

Aller vers :

  • les féculents complets (pain, pâtes, riz, semoule) : au moins 1 par jour car ils sont naturellement riches en fibres.
  • les aliments de saison et produits localement.
  • le poisson : 2 fois par semaine dont un poisson gras (sardine, maquereau, hareng, saumon).
  • le bio.
  • les huiles de colza, de noix et d’olive : les matières grasses ajoutées peuvent être consommées tous les jours en petite quantité.
  • les produits laitiers : 2 par jour pour les adultes.

Diminuer :

  • la charcuterie : limiter à 150 g par semaine.
  • les produits sucrés, gras et salés, les produits ultra-transformés et les produits avec un Nutri-Score D et E.
  • l’alcool : pour réduire les risques, maximum 2 verres par jour et pas tous les jours.
  • la viande : privilégier la volaille, et limiter les autres viandes (porc, bœuf, veau, mouton, agneau, abats) à 500 g par semaine.
  • le temps passé assis : ne pas rester assis trop longtemps, prendre le temps de marcher un peu toutes les 2 heures.


Pour faciliter la compréhension et la mise en application de ces repères, le site Manger Bouger a été actualisé. Et il devrait bientôt en être de même pour La Fabrique à menus (site d’accompagnement à l’élaboration de menus équilibrés).

A qui sont adressés ces recommandations ?

Ces repères de consommations alimentaires sont destinés à la population générale.
Pour certains groupes ayant des besoins spécifiques - les enfants et jeunes enfants, les femmes enceintes et allaitantes, les femmes ménopausées et hommes de plus de 65 ans -, les repères seront adaptés d’ici 2021. En attendant, les recommandations générales peuvent être suivies.


Sources :
Ministère des solidarités et de la santé, 2019. Programme National Nutrition Santé 2019-2023, Septembre 2019.