L’alimentation de la femme enceinte

L’alimentation de la femme enceinte

L’alimentation est le carburant du corps et lui permet d’avoir l’énergie et les nutriments nécessaires tout au long de la vie pour grandir, se protéger, se mouvoir, etc. Certaines étapes de la vie modifient l’état physiologique et demandent des adaptations au corps. L’alimentation doit aussi évoluer pour satisfaire les besoins. La grossesse est un de ces bouleversements.

Apports nutritionnels spécifiques durant la grossesse


La femme enceinte a des besoins spécifiques qui évoluent tout au long de la grossesse puis à l’allaitement. Mais contrairement aux idées reçues, les besoins énergétiques n’augmentent que très peu les premiers mois :


- 1er trimestre : +70kcal soit l’équivalent d’un yaourt nature ou d’un œuf,
- 2e trimestre : +260kcal soit l’équivalent d’un quart de baguette avec une portion de fromage,
- 3e trimestre et allaitement : +500kcal soit l’équivalent d’un bol de muesli (80g) avec un fromage blanc.


L’Anses recommande également un apport en protéines de 12% minimum de l’apport énergétique total contre 10% pour les adultes hors grossesse. Les lipides doivent être choisis pour assurer un bon apport en acides gras indispensables (poissons gras, oléagineux, huiles végétales…).
De plus, certaines carences en micronutriments peuvent entrainer des malformations chez le fœtus. Une alimentation équilibrée est donc indispensable pour permettre à la future maman de couvrir tous les besoins liés à la grossesse. La nature est bien faite : l’absorption de certains nutriments comme le zinc ou le fer augmente avec la grossesse mais les besoins augmentent tout de même pour de nombreuses vitamines et minéraux : cuivre, fer, iode, sélénium, zinc, vitamines A, B2, B5, B6, B9, B12 et C. Une alimentation équilibrée apporte tous les éléments nécessaires et ne nécessite pas de complémentation médicale.
Des petits désagréments peuvent survenir au cours de la grossesse. La fatigue et la constipation sont fréquemment retrouvées auprès de ce public et l’alimentation peut limiter ces effets.
L’apport suffisant en vitamines et minéraux tels que les vitamines C, B5, B9 ou encore le fer permet de réduire la fatigue et de ressentir donc un niveau d’énergie plus élevé. Quant à la constipation, elle peut être limitée avec une bonne hydratation et un apport élevé en fibres grâce à la consommation de fruits, légumes, légumes secs et céréales complètes.

Fractionnement des repas


Que ce soit à cause des nausées ou pour atteindre les besoins journaliers tout au long d’une journée, le fractionnement des repas est une solution parfois proposée à de nombreuses femmes enceintes. Il consiste à répartir les apports journaliers sur 5 ou 6 repas plutôt que sur 3 ou 4. Cela permet de réduire la taille des portions et ainsi éviter les remontées, ou douleurs gastriques voire permettre d’augmenter les apports si l’appétit n’est pas assez important.
Il est alors possible de prévoir, en plus des 3 repas principaux, une collation matinale, un goûter et parfois même une collation nocturne avant de se coucher.

Et les produits Kriss‑Laure ?


Les Entremets, les Potages, les Barres Gourmandes Kriss-Laure, les Tonics, la boisson de l’effort Krissport, la boisson IMMUNi-T et les Smart Repas peuvent être consommés durant la grossesse. La praticité d’utilisation de ces produits Kriss‑Laure en font un choix intéressant pour prévenir les fringales de grossesse et mettre en place le fractionnement des repas.
De plus les vitamines et minéraux apportés par les produits Kriss‑Laure permettent d’aider à couvrir les besoins spécifiques de la femme enceinte et du bébé. Les folates (vitamine B9) participent par exemple à la croissance des tissus maternels pendant la grossesse.


Source :
www.anses.fr/fr/system/files/NUT2017SA0141.pdf


Older post