La vitamine E, un puissant antioxydant

 

La vitamine E, aussi appelée tocophérol, est soluble dans les graisses. Elle est, comme toutes les vitamines, indispensable au fonctionnement de l’organisme, et présente une forte capacité antioxydante.

Qu’est-ce que la vitamine E ?

La vitamine E est liposoluble (c’est-à-dire présente dans les matières grasses) et joue un rôle essentiel dans la protection de la membrane des cellules de l’organisme.
Elle est antioxydante, dans le sens où elle contribue à la neutralisation des radicaux libres.
De plus, elle empêche ou réduit l’oxydation des lipoprotéines de faible densité (LDL), le « mauvais cholestérol ». Cette oxydation est associée à l’apparition de l’athérosclérose et aux maladies cardiovasculaires.
La vitamine E a aussi des propriétés anti-inflammatoires, antiplaquettaires et vasodilatatrices, effets également protecteurs sur le plan cardiovasculaire.

Sous le terme de « vitamine E », on regroupe en fait différentes molécules, dont l’alpha-tocophérol qui est une forme de vitamine E naturelle ; c’est la plus présente dans l’organisme
La valeur nutritionnelle de référence pour la vitamine E a été établie à 12 mg/j d’équivalent alpha-tocophérol par la Commission européenne, après consultation de l’Efsa.
L’Agence recommandait, pour la forme α-tocophérol, des apports de 13 mg/jour pour les hommes et de 11 mg/jour pour les femmes. Pour les nourrissons et les enfants, les apports adéquats sont compris entre 5 et 13 mg/jour (Efsa, 2015).

Les sources alimentaires de vitamine E

De façon générale, les huiles végétales, les noix et les graines – et dans une moindre mesure, les légumes à feuilles vertes  sont de bonnes sources de vitamine E.
L’aliment le plus riche est l’huile de germe de blé (149 mg/100g). Les autres huiles végétales en contiennent entre 15 et 65 mg/100g, les amandes ont une teneur moyenne de 22 mg et les noisettes de 16 mg/100g (Anses, 2020).


Sur les compléments alimentaires, la posologie de la vitamine E est parfois indiquée en unités internationales (UI). 1 mg d'alpha-tocophérol équivaut à 1,5 UI.
En France, les compléments peuvent contenir une dose journalière maximale de 30 mg de tocophérol (soit 45 UI).

Pourquoi la trouve-t-on ajoutée dans les produits alimentaires ?

La vitamine E peut être ajoutée dans les produits alimentaires pour ses propriétés nutritionnelles. Il est autorisé de communiquer via l'allégation suivante « La vitamine E contribue à protéger les cellules contre le stress oxydatif », dans la mesure où le produit apporte une quantité significative de vitamine E (au moins 15% des VNR dans 100 g, soit 1,8 mg). Au-delà des produits enrichis, ceci peut aussi être le cas d’huiles naturellement riches en vitamine E bien sûr.

Concernant la gamme Kriss‑Laure, cette vitamine fait partie des nutriments ajoutés aux produits, justement par rapport à sa capacité antioxydante : il s’agit de vitamine E d’origine naturelle.


Mais dans d’autres produits alimentaires, les tocophérols peuvent aussi être ajoutés en tant qu’additifs technologiques pour limiter l’oxydation (rancissement), donc sans objectif nutritionnel particulier.
Il s’agit donc d’une substance avec un double intérêt ! A la fois pour la santé, et pour protéger les produits contre l’oxydation, responsable de l’apparition de mauvais goûts au fil du temps.


Sources :
Anses (2020). Teneurs décroissantes en vitamine E des aliments de la table Ciqual. Consultée le 04/09/2020.
www.ciqual.anses.fr/#/constituants/53100/vitamine-e-(mg-100-g)
Efsa (2015). Scientific Opinion on Dietary Reference Values for vitamin E as α-tocopherol. Adopted:
11 June 2015. EFSA Journal 2015;13(7):4149.
www.efsa.europa.eu/en/efsajournal/pub/4149
JORF (2006). Arrêté du 9 mai 2006 relatif aux nutriments pouvant être employés dans la fabrication des compléments alimentaires.
www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=LEGITEXT000023980839